• Accueil
  • > l'intox de la direction rend malade

La grippe H1N1 fait rage, c’est l’intox de la direction par voie postale qui nous rend malade !

23072009

 

 

 

 

intox4.jpg

 

 

 

L’épidémie de grippe H1N1 fait rage, mais pour les salariés de  Villemur/Tarn, c’est l’intox de la direction par voie postale qui nous rend malade !

 

Nous avons donc reçu un 2eme courrier de désinformation de la direction cette semaine, un 2eme courrier qui n’est que la continuité de ce que la direction tente de faire passer en force, et dont la mauvaise foi atteint des sommets.

 

(Ce coup ci, l’enveloppe que j’ai reçu n’a pas de petit cœur en guise de timbre, mais a été traitée informatiquement via les services de la poste sur Internet !)

 

 

courriermolex21juillet.jpg

 

 

 

Dans ce courrier, le service de communication de la direction essaye de tirer profit de la situation, une situation que Molex a engendré à cause de son attitude in-a-ssep-table (merci teuteu !).

La direction à l’art et la manière de présenter les choses en déformant chaque propos, les revendications formulées par les représentants des salariés ne sont pas étudiées sérieusement par Molex.

 

Certes, le volet sur la formation est une des demandes qui a été partiellement obtenu. Et pour cause, puisque ce n’est pas Molex qui répond favorablement à l’acceptation de ces dossiers, ce n’était que du seul ressort du FONGECIF (et l’ADEFIM, AGEFIPH pour le 3eme dossier). Ce sont des organismes paritaires dans lesquels le patronat n’a pas le monopole de la décision ! (un organisme paritaire est composé pour moitié de représentants du patronat, pour l’autre moitié de représentants syndicaux).

On constate donc que Molex n’a ni négocié, ni mis la main à la patte, c’est notre argent des fonds de formation qui est mis à contribution, argent pour lequel les salariés cotisent via les charges sociales patronales.

 

Dans ce courrier, il y est également écrit que la direction du groupe Molex serait désormais prête à étudier la cession d’outillages de moulage, découpe et assemblage à la condition qu’un projet « valide » lui soit présenté (on parle bien de la direction du groupe, M.Kerriou et P.FORT portent bien leur surnom de boites aux lettres locales !).

On remarque déjà que des conditions sont posées… Mais surtout, nous n’avons à ce jour aucune autre information supplémentaire hormis la visite de Eric Doesburg. (le pays du vignoble Frontonnais est un joli coin pour faire du tourisme en cette saison !).

Aucune information sur le volume d’affaire que Molex serait prêt à céder. Quels produits seraient concernés et donc combien de personnes pourraient travailler, les représentants des salariés n’en savent rien !

Molex ne lâchera certainement que des miettes ! Car ne nous attendons pas à des miracles, Molex nous prouve depuis des mois qu’ils nous méprisent, et par conséquent on peut s’attendre à ce qu’ils ne cèdent que des miettes si nous ne nous battons pas jusqu’au bout pour que les 283 salariés du site puissent travailler, pour que les 283 familles concernés par ce plan anti-social puissent continuer à vivre.

 

Le 3eme point de ce courrier porte sur les indemnités de licenciement. Là aussi, le ton est donné d’entrée : Molex « confirme une ultime proposition d’amélioration ». Le mot « ultime » marque bien le fait que Molex ne souhaite rien négocier. La direction ne prend absolument pas en compte notre base de revendication sur ce point. Et elle a beau nous dérouler des exemples chiffrés, nous sommes loin du compte !

Et pour aggraver son cas, la direction tente même d’intimider les salariés en menaçant de retirer une partie du budget si le travail ne reprend pas, si un accord d’entreprise n’est pas signé au plus vite, et avec un avis favorable du CE par-dessus le marché !

Cette méthode est intolérable, le chantage et l’intimidation ne doivent pas, et ne seront pas ce qui fera céder les salariés. Les menaces ne mèneront à rien !

 

Nous avons des revendications, et elles sont toujours d’actualité. Si la direction ne souhaite pas discuter sur ces bases, tant pis pour elle !

Ce n’est pas aux élus du CE à refaire des propositions, c’est la direction qui doit avancer car aujourd’hui elle ne propose rien de plus, et surtout rien d’acceptable. Depuis le 23 Octobre 2008, nous n’avons à faire qu’à des exécutants qui restent sourds et étanche à toute discussion sérieuse.

 

Nos revendications sont légitimes et cohérentes, si Molex ne veut pas les entendre, il y aura certainement des « pénalités  importantes ».

 

Mais une fois de plus, la faute à qui ???

 

 

Lire aussi :

 

 

solidarite2.jpg

 

 

 







ACTUBUZZ BY GBA |
Quoi de neuf Cerise? |
ElAyam.5 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ActuBlog etc...
| Badro
| ENTV, une Pose Café